Entre forte croissance et nouveaux défis, les DAF au lendemain de la pandémie

Selon le dernier sondage Pulse Survey de PwC, les directeurs financiers se disent optimistes quant à l'avenir et souhaitent améliorer le reporting des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) ainsi que leurs efforts en matière de diversité et d'inclusion.

Image placeholder

Alors que les DAF envisagent le reste de l'année 2021 et au-delà, un nouveau sondage révèle qu'ils sont de plus en plus optimistes quant aux perspectives économiques de leur entreprise. 

La croissance de l'économie digitale, les changements durables dans le comportement des consommateurs et la prévalence du télétravail sont désormais au cœur de leurs préoccupations. Les directeurs financiers cherchent également à accroître leur influence au sein de l'entreprise et sont désireux d'apprendre à gérer les défis du recrutement.

Les DAF sont optimistes quant à l'avenir de leur entreprise : 87 % tablent sur une croissance au cours des 12 prochains mois.

Un sondage Survey Pulse de PwC réalisé auprès de 182 directeurs financiers et autres dirigeants d'entreprises du Fortune 1000 et de sociétés privées révèle que de nombreux DAF abandonnent leur position défensive pour s'attendre à une solide reprise de l'activité à la suite des changements impulsés par la pandémie de COVID-19. 

Des perspectives plutôt prometteuses

Avec l'accélération à grande échelle des tendances en raison de l'épidémie, les entreprises ont cherché à s'adapter à des réalités changeantes tout au long de l'année écoulée. Les DAF cherchent désormais à accroître leur influence au sein de leur entreprise, et ce de façon plus efficace. 

En 2021, la première priorité des DAF pour la fonction Finance est de positionner celle-ci comme partenaire privilégié de l'entreprise (47 %). Bien que le renforcement de la collaboration entre les partenaires fonctionnels ne soit pas nouveau pour la Finance, la pandémie a servi de catalyseur pour renforcer le niveau et l'accès de ces partenariats. La 2e priorité des DAF est l'automatisation intelligente des processus (41 %). 

Parallèlement, on observe un important regain d'optimisme économique. Près de la moitié (46 %) des personnes interrogées en mars 2021 tablent sur une forte croissance en raison de l'essor de l'économie digitale, tandis que 36 % prévoient une croissance modérée. Ces mêmes répondants s'attendent également à une croissance vigoureuse due aux changements de comportement des consommateurs liés à la pandémie (34 %) et au télétravail (21 %). En ce qui concerne leur vision de la reprise économique aux Etats-Unis, 81 % des DAF expriment leur optimisme, un pourcentage plus élevé que chez les autres dirigeants (76 %) interrogés. 

Les DAF font également preuve d'optimisme quant aux performances de leur propre entreprise. 87 % d'entre eux tablent sur une croissance au cours des 12 prochains mois, ce qui représente un bond significatif par rapport aux réponses positives de septembre (25 %) et d'octobre (28 %). Les pessimistes sont désormais en minorité, puisque seuls 4 % des répondants s'attendent à une baisse des revenus, alors qu'ils étaient plus de la moitié (51 %) 6 mois plus tôt.

Ce sentiment d'optimisme est toutefois tempéré par un environnement réglementaire de plus en plus complexe (31 %), les tensions entre les Etats-Unis et la Chine (27 %) et les politiques commerciales et fiscales mondiales (26 %). Près d'1/4 des répondants (23 %) ont identifié l'inflation comme un risque important.

93 % des DAF affirment que la disponibilité de candidats talentueux à l'embauche est critique pour leur entreprise.

Les directeurs financiers à la tête du changement

Les directeurs financiers ont bien d'autres choses en tête que les seuls bilans, avec des priorités telles que la progression des objectifs en matière de diversité et d'inclusion (D&I), l'augmentation des investissements dans les fonctions de conformité et la révision des pratiques de gestion des risques.

Avec un regard tourné vers l'avenir, les DAF réfléchissent au recrutement, au développement et à la diversification de leurs effectifs, 93 % d'entre eux citant la disponibilité de candidats talentueux comme cruciale. Plus de 60 % des directeurs financiers déclarent que leur entreprise prévoit de renforcer la formation en matière de D&I, et 51 % anticipent une augmentation du reporting des données D&I aux acteurs impliqués en interne.

Bien que les conséquences économiques de l'année écoulée aient été très médiatisées, la pandémie a également impacté le bien-être des collaborateurs, soulignant ainsi l'importance de la santé mentale et des problématiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). A l'heure où les Etats-Unis se remettent de la crise, 69 % des DAF placent l'amélioration du reporting des questions ESG parmi leurs 2 principales priorités, reconnaissant que ces facteurs et les divulgations associées continueront de recevoir une attention accrue de la part des investisseurs, des clients, des collaborateurs et des autres acteurs impliqués à l'avenir.

L'évolution des considérations autour des critères ESG a également mis en évidence la nécessité de les mesurer et de les gérer. La plupart des DAF sont conscients de ce défi, 68 % d'entre eux déclarant que l'identification des cadres, des questions concrètes et des indicateurs sur lesquels se concentrer est une priorité. Ce changement intervient alors que d'importants investisseurs institutionnels et la SEC, le gendarme boursier américain, cherchent à améliorer les informations fournies par les entreprises.

Pour ce qui est des processus internes, les DAF citent également les priorités suivantes : communiquer les progrès réalisés au conseil d'administration et aux comités d'audit (63 %), implémenter la technologie, les processus et les contrôles autour du reporting (63 %) et établir la propriété du reporting ESG (62 %).

La production d'informations sur les questions ESG pour les investisseurs (60 %) et la démonstration de la valeur ajoutée pour les parties prenantes via le reporting ESG (60 %) figurent parmi les principales préoccupations des directeurs financiers, tandis que l'identification des talents appropriés pour établir et maintenir les programmes de reporting ESG de leur entreprise est citée par 58 % des répondants.

Les DAF sont optimistes quant à la reprise économique aux Etats-Unis et le sont encore plus en ce qui concerne les perspectives de leur propre entreprise pour l'année à venir, mais ils sont également conscients que la stratégie nécessite des ajustements organisationnels dans divers domaines. Occupant une position unique pour assurer le leadership de l'entreprise, les directeurs financiers ont reconnu l'importance croissante de la collaboration entre services, de l'utilisation de la technologie pour améliorer l'efficacité, de l'établissement et du développement d'indicateurs non financiers, et de l'embauche et de la fidélisation de collaborateurs talentueux.

En lire plus