Communications, médias et technologies : Le futur du monde du travail sera digital ou ne sera pas

Le secteur des communications, des médias et de la technologie reste en tête de la course digitale et passe à la vitesse supérieure avec l'accélération digitale. À l'occasion de l'événement Workday Industry Insights EMEA, des experts, des clients et des dirigeants du secteur se sont entretenus sur la sortie du tunnel et le monde du travail du futur.

Image placeholder

Le secteur des communications, des médias et de la technologie (CMT) est à l'avant-garde de la révolution digitale et constitue aujourd'hui la pierre angulaire d'une économie de l'information en pleine évolution. Dans ce secteur, l'innovation va probablement monter en flèche, les prévisions de dépenses en matière de technologie de l'information s'élevant à 4 200 milliards cette année sur le plan mondial grâce à l'essor du télétravail. 

Le phénomène de la « Grande Démission », associé à un manque cruel de talents qualifiés à l'échelle mondiale qui devrait atteindre 40 millions de collaborateurs avant la fin de l'année 2021, est une source de préoccupation pour les employeurs. Alors que les entreprises préparent un retour progressif au bureau et déclinent toutes les combinaisons possibles entre bureau, domicile et solutions hybrides, comment peuvent-elles mieux accompagner leurs collaborateurs, sous-traitants et intervenants extérieurs, sans compromettre leur agilité ?

À l'occasion du Workday Industry Insights EMEA, des dirigeants, experts et clients du secteur ont discuté de la manière dont les entreprises entrevoyaient la sortie du tunnel grâce à l'accélération digitale et se préparaient au monde du travail du futur.

 

Si, pour certaines entreprises, la pandémie a servi de déclencheur à un bouleversement révolutionnaire de l'organisation du travail, elle a marqué un moment décisif dans l'évolution du secteur des communications, des médias et de la technologie. 

Une évolution digitale plutôt qu'une révolution

De par sa nature, le secteur technologique a pris la tête de la course digitale. Si, pour certaines entreprises, la pandémie a servi de déclencheur à un bouleversement révolutionnaire de l'organisation du travail et accéléré l'adoption de programmes de transformation digitale, elle a marqué un moment décisif dans l'évolution du secteur des communications, des médias et de la technologie.  

Nate Phelps, Head of People Transformation and Operations chez Criteo, une entreprise technologique internationale, explique les avantages d'être une organisation naturellement digitale en cas de disruptions inattendues comme la crise du COVID-19. 

« Je crois que nous avons beaucoup de chance : en tant qu'entreprise technologique, nous pouvons nous adapter rapidement aux changements, non seulement d'un point de vue opérationnel, mais mental. Nos équipes s'adaptent et évoluent constamment au gré des changements technologiques, ce qui nous a aidés à entreprendre la transition vers une nouvelle organisation du travail », affirme-t-il.

La crise du COVID-19 a obligé de nombreux secteurs à accélérer radicalement l'adoption du digital, aussi bien en matière de fonctionnement que de gestion de leur workforce. En revanche, des entreprises comme Criteo, adeptes du télétravail de la première heure, ont eu moins de difficultés à gérer les perturbations générées par la pandémie. « Quand je vois les changements que nous avons mis en place chez Criteo au cours des 18 derniers mois, je me dis qu'il s'agit plus d'une évolution que d'une révolution de notre organisation du travail », explique Nate Phelps.

Patrice Lesko, Head of Systems and Strategic Projects chez FREE NOW, acteur de la « gig economy » avec une approche digital-first et client Workday, est sur la même longueur d'onde que Nate Phelps : « Nos collaborateurs sont notre principal client interne. Pour nous, peu importe où ils se trouvent. Nous sommes telle une grande famille disséminée dans toute l'Europe. En ce sens, les événements de l'année dernière ne nous ont pas vraiment impactés », dit-il.

Les données, turbo de l'accélération digitale

Au cours de la dernière décennie, l'approche de la transformation digitale adoptée par les entreprises a fait des pas de géant. Selon Rusbeh Hashemian, Partner and New Ventures Leader chez PwC Europe, la transition d'un paradigme axé sur les bénéfices et les économies à un paradigme axé sur l'investissement technologique pour générer des expériences est évidente. « Vous devez penser à votre plateforme technologique : pas seulement aux applications que vous installez, mais à l'expérience utilisateur globale que vous créez à l'aide de cette plateforme technologique », explique-t-il.

« Même si nous avons commencé à privilégier un modèle axé sur les charges opérationnelles plutôt que sur les dépenses d'immobilisations, nos investissements actuels en technologie atteignent un niveau inédit, poursuit-il. Nos investissements dans le domaine de la conduite du changement sont inégalés, tout comme l'upskilling que nous devons mettre en place pour que chacun soit prêt, à tout moment, à faire face à la transformation. Ces trois éléments sont extrêmement importants ».

Si elles veulent comprendre tous les leviers et se donner les moyens de réussir, les entreprises doivent exploiter le plein potentiel des données et identifier leurs interactions. 

Patrice Lesko est convaincu que la planification, l'élaboration budgétaire et les prévisions doivent devenir les principales priorités pour les entreprises du secteur de la technologie, des médias et du divertissement, surtout celles qui continuent d'entretenir des infrastructures traditionnelles. D'après lui, une plateforme technologique pleinement intégrée offre aux entreprises la possibilité de créer de meilleurs modèles prévisionnels et d'appliquer les mesures correctives qui s'imposent. « Je crois que le fait d'interpréter les données et de faciliter la génération de valeur à partir du système pour nos clients internes et nos dirigeants va effectivement changer la donne », ajoute-t-il. 

Dans la course aux talents, la technologie est un atout essentiel, surtout pour les entreprises du secteur de la communication, des médias et de la technologie. Dans un marché des talents fortement concurrentiel, les entreprises ne peuvent plus se passer de technologie. « Il me semble que l'un des éléments clés dans cette course aux talents est le fait de disposer de données. Au cours de ces 12 derniers mois, nous avons œuvré pour obtenir une visibilité plus globale et générale sur les données concernant les talents tout au long du cycle de vie des collaborateurs », explique Nate Phelps, de chez Criteo.

« Il s'agit essentiellement de comprendre quelle est la situation de nos talents en nous basant sur les données, pour ensuite définir une plan d'action à l'aide de la technologie et l'appliquer dans le cadre de notre approche des talents », conclut-il.

 

« J'ai trois jeunes enfants. Aussi bien Workday que PwC m'ont offert cet équilibre entre vie professionnelle et vie de famille dont j'avais besoin. [...] La technologie digitale a radicalement changé le "où" et le "comment" je travaille. »

Sebastian Schmitz, Director of New Ventures, PwC

Le travail 2.0 : le bureau du futur

De toute évidence, la pandémie a changé pour toujours notre manière de travailler et de gérer notre workforce. Un nouvel espace de travail hybride, fondé sur la technologie digitale, se profile pour les entreprises visionnaires, dont PwC fait partie. « Nous avons proposé à 30 000 de nos collaborateurs des contrats pour des postes virtuels dans le cadre d'un modèle de type "travailler n'importe où". En 48 heures, 10 000 contrats sont passés en mode entièrement virtuel », explique Rusbeh Hashemian.

Nate Phelps de chez Criteo explique comment son entreprise a favorisé la transition de ses équipes vers de nouveaux modes de travail à l'aide de plateformes d'apprentissage digital et de nouvelles technologies qui ont permis de créer des expériences d'accueil et d'intégration virtuelles mémorables. « Nous avons réalisé des investissements technologiques importants pour favoriser la productivité et la collaboration à distance. Nous encourageons nos équipes à suivre le mouvement en adoptant ces nouveaux modes de travail grâce à des plateformes d'apprentissage digital. À un niveau inférieur, il s'agit également de rationaliser notre organisation du travail traditionnelle : c'est ainsi que nous avons géré cette transition vers une organisation du travail plus hybride », explique-t-il. 

Sebastian Schmitz, Director of New Ventures chez PwC, est convaincu que la formule du succès réside dans le fait de créer un lieu de travail hybride équilibré et de gagner la course aux talents. Il souligne l'importance d'offrir aux collaborateurs la possibilité de choisir leur lieu de travail, ainsi que de pouvoir équilibrer leur vie professionnelle et personnelle. Ancien collaborateur Workday avant de rejoindre PwC, il partage un exemple tiré de son expérience personnelle.

« J'ai trois jeunes enfants. Aussi bien Workday que PwC m'ont offert cet équilibre entre vie professionnelle et vie de famille dont j'avais besoin. Cela aurait été impossible il y a 15 ans, mais la technologie digitale a radicalement changé le "où" et le "comment" je travaille. » 

 

Une culture forte est l'essence même de la réussite d'une entreprise digitale.

La culture au cœur de l'entreprise digitale  

Alors que la transition vers un modèle hybride est amorcée et que de nouvelles solutions et plateformes sont adoptées pour favoriser le développement, les entreprises ne doivent pas perdre de vue les fondamentaux. Une culture forte est l'essence même de la réussite d'une entreprise digitale. 

« Il s'agit de remettre en question vos décisions et habitudes, et d'être confiant quant au bien-être de vos collaborateurs. Demandez-leur plus souvent comment ils se sentent », ajoute Rusbeh Hashemian.

Faute de pause-café et de moments partagés entre collègues, misez sur la technologie pour rester en contact et attribuez à ces moments de partage l'importance qu'ils méritent. « Tâche du jour : prenez votre smartphone, envoyez un SMS, ou même un feedback via Workday, et vous ferez le bonheur de quelqu'un », insiste Sebastian Schmitz.

S'agissant d'accélération digitale, les experts conviennent que les entreprises doivent sauter le pas. « Personne ne devrait avoir peur de la technologie. Le moindre petit changement peut avoir un impact, et il ne faut pas avoir peur d'essayer », ajoute-t-il. 

Kate Russell, présentatrice du programme Click de la BBC et animatrice du panel tech, médias et divertissement à l'occasion du Workday Industry Insights EMEA, a trouvé une jolie formule qui résume bien le tout : « Le digital est un voyage, pas une destination. » Alors installez-vous confortablement et profitez de ce voyage ! 

Visionnez cette session à la demande pour découvrir comment les entreprises du secteur des communications, des médias et de la technologie ont accéléré leur parcours de transformation digitale. 

 

En lire plus