Quand les DAF privilégient les ressources pour des opérations Finance plus fluides

Une étude internationale Workday révèle comment les directeurs financiers cherchent à investir dans la transformation digitale pour relever les défis croissants liés aux données.

Image placeholder

Il y a du changement dans l'air. 

Au lendemain d'une crise mondiale qui a poussé les entreprises à s'adapter rapidement aux incertitudes entourant une multitude de facteurs critiques qui affectent leurs opérations, de nombreux directeurs financiers se tournent vers l'avenir. Ils se concentrent notamment sur le déploiement de technologies digitales intelligentes visant à renforcer leur agilité, leurs capacités décisionnelles et leur aptitude à former des effectifs prêts à relever la prochaine génération de défis.

Cette transformation est déjà en cours. Les entreprises veulent accélérer leurs processus post-pandémie, y compris la collecte, l'analyse et l'accès aux données, afin de pérenniser leurs opérations et répondre aux défis croissants liés aux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) ainsi qu'aux considérations en termes de diversité et d'inclusion (D&I).  

La Finance fluide est un objectif clé

Selon un récent sondage réalisé par Workday auprès de 267 directeurs financiers d'ETI et de grandes entreprises du monde entier appartenant à des secteurs variés, dont les services financiers, l'industrie, le retail, la technologie, les médias et les transports, les DAF reconnaissent sans surprise que les investissements devraient refléter ces priorités au cours des 1 à 3 prochaines années.

La principale préoccupation de nombreux participants était le concept de Finance fluide, c'est-à-dire l'utilisation d'outils d'automatisation ou de Machine Learning (ML) en vue d'éliminer les frictions des processus quotidiens et de créer des stratégies basées sur les données, en tant que moyen de faire évoluer la fonction Finance et de relever les défis à venir de manière plus efficace, efficiente et intelligente. 

Et bien que les DAF soient capables de visualiser la direction qu'ils souhaitent prendre, presque 1 participant sur 5 (19 %) déclare seulement commencer sa transformation digitale, tandis que la majorité déclare se trouver à différentes étapes du processus.

Principales conclusions de l'enquête :

  • 49 % des DAF ont constaté que la principale lacune de leur entreprise au cours de l'année passée concernait leur capacité à agir avec des données précises et opportunes permettant de prendre des décisions rapides et informées. 

  • 52 % ont déclaré que l'absence des données nécessaires au moment de prendre des décisions critiques avait retardé des lancements de produits et faussé les prévisions financières.

  • 49 % ont expliqué que la gestion et l'analyse de données étaient leurs principales priorités pour les 3 prochaines années (60 % investissant dans la refonte des opérations financières dans le Cloud, le déploiement de solutions d'Intelligence Artificielle/de Machine Learning automatisées et l'analyse prédictive, la fonctionnalité d'automatisation la plus recherchée pour 50 % des DAF).

Où les DAF cherchent-ils à investir ?

Selon l'enquête, stimuler les ressources disponibles pour la fonction Finance est également une priorité claire. 

La moitié des participants (50 %) ont déclaré que c'est en investissant massivement dans la création d'une base de données intelligente et l'analyse avancée pour améliorer la prise de décision dans l'entreprise qu'ils avaient réalisé le plus de progrès l'an passé, tandis que presque 1/3 (32 %) des participants ont investi dans le développement des compétences de leurs équipes Finance et l'amélioration des infrastructures existantes. Les 18 % restants ont augmenté leurs investissements dans des solutions Cloud de gestion d'entreprise afin d'automatiser les transactions de bout en bout et de créer des solutions digitales pour les clients.

50 % des DAF ont dit avoir réalisé le plus de progrès en investissant dans la création d'un socle de données intelligent et d'analyses avancées pour améliorer la prise de décision à tous les niveaux de l'entreprise.

Lorsqu'ils réfléchissent à une façon plus intelligente de gérer les données, les DAF expliquent que c'est le domaine des analyses et du reporting qui a le plus grand besoin d'investissement (28 %), bien qu'ils expriment également la nécessité d'améliorer la qualité de leurs intrants à travers le nettoyage des données, le sourcing des données et le rapprochement des données cloisonnées. 

L'analyse prédictive (50 %), le Machine Learning (45 %) et l'IA (43 %) sont les 3 principales priorités d'investissement des DAF, ce qui suggère fortement que la digitalisation à venir de la fonction Finance se concentrera non seulement sur le traitement plus efficace de jeux de données plus importants, mais aussi sur l'extraction d'insights plus pertinents pour éclairer les décisions métier. Les participants ont fait suivre ces priorités par l'automatisation des processus robotisés (RPA) à 39 % et le Process Mining à 34 %.

Les sujets émergents

Alors que les régulateurs, les investisseurs et les consommateurs scrutent de plus en plus près le comportement des entreprises, les DAF en ont pris note et exprimé le souhait d'aborder les sujets émergents. Parmi ces derniers, l'ESG est apparu comme la principale priorité de 29 % des participants, la D&I arrivant en seconde position à 26 %. Les autres domaines que les DAF pensent mettre en avant incluent l'évolution de la fiscalité des entreprises (25 %), la cybersécurité (11 %) et les cryptomonnaies (9 %).

Bien que l'impact potentiel de l'impôt sur les sociétés soit une priorité pour les directeurs financiers, une nette majorité d'entre eux sont confiants dans la capacité de leur entreprise à répondre à ces défis quels qu'ils soient : 43 % des DAF ont déclaré que cela serait simple de s'adapter, 31 % que cela serait très simple. Pourtant, plus d'un DAF sur 5 (21 %) considère qu'il serait compliqué pour l'entreprise de s'adapter à l'incertitude fiscale et 5 % considèrent la tâche comme étant très compliquée, ce qui suggère qu'une part importante des entreprises ressentent un réel besoin de technologies intelligentes pour leur avenir.

Comme l'a montré l'incertitude liée à la pandémie l'an passé, les systèmes et processus traditionnels ne sont plus autant susceptibles d'être efficaces dans une économie de plus en plus Data-Driven. Bien que certains défis révélés par l'enquête ne soient pas nouveaux, la crise mondiale du COVID-19 a permis de souligner, et dans certains cas d'exacerber, les défis existants des entreprises. 

Les DAF comprennent que la nouvelle normalité semble être menée par l'innovation digitale à l'échelle de toute l'entreprise, ce qui nécessitera des investissements dans des technologies intelligentes, des outils de gestion et la formation continue des collaborateurs, le tout reposant sur de solides capacités de gestion des données pour rester compétitif et réussir.

En lire plus