Le CEO de Bank of America revient sur les avantages concurrentiels des principes ESG

Même si les questions environnementales, sociales et de gouvernance ne sont pas simples, Brian Moynihan a conseillé aux DAF, lors d'un récent événement organisé par Fortune, d'aborder les mesures ESG d'une manière directe, quantifiable et concrète.

Image placeholder

Les entreprises du monde entier s'attardent de plus en plus sur leurs pratiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Selon Brian Moynihan, CEO chez Bank of America, il existe des avantages inhérents à adopter une approche proactive pour l'identification, la quantification et le traitement des pratiques ESG afin de construire une entreprise réactive, préparée pour l'avenir.

Lors d'une récente conférence Fortune CFO Collaborative sur le rôle futur des directeurs financiers, Brian Moynihan a souligné que les pratiques ESG pouvaient être bénéfiques pour un large éventail d'acteurs impliqués au-delà de la seule entreprise.

Concernant l'approche ESG de Bank of America, il déclare : « Nous croyons à l'inclusivité : vous pouvez générer des bénéfices pour vos actionnaires et pour la société ».

Pourtant, il ne s'agit pas de pur altruisme de la part des entreprises. L'étude de Bank of America montre une corrélation entre la façon dont les entreprises abordent les questions ESG et leur performance globale, a expliqué Brian Moynihan.

« Les investisseurs essaient maintenant de justifier la conformité de leurs investissements avec les principes ESG, car c'est ce qu'attendent les personnes qui les financent. »

Brian Moynihan Chief Executive Officer Bank of America

Il a également évoqué les mesures ESG qui évaluent l'exposition d'une entreprise à un large éventail de risques environnementaux, sociaux et de gouvernance. « Les investisseurs commencent à s'intéresser de plus en plus à ces mesures. »

L'évolution des exigences des investisseurs est bien connue des DAF, a-t-il ajouté. Et à mesure que l'attention portée aux principes ESG redouble, les entreprises feraient bien de prendre les devants et d'appliquer des normes mesurables et reconnues, au lieu d'attendre le classement de leurs performances par d'autres sans avoir leur mot à dire. « Tout d'un coup, vous obtenez une note, vous regardez et vous vous dites : "Je ne reconnais pas l'entreprise dont ils parlent" », souligne Brian Moynihan.

Il ajoute que les mesures ESG deviennent rapidement des facteurs concurrentiels pour les entreprises B2B comme B2C, car leurs clients sont de plus en plus attachés à ces pratiques. 

« [Les clients] voudront savoir comment vous allez atteindre le zéro net, sinon ils iront voir ailleurs. Cela va obliger à agir rapidement », révèle-t-il.

Pour aider les entreprises, le Forum économique mondial et son Conseil international des affaires (IBC), présidé par Brian Moynihan, ont cherché à établir des directives ESG claires. En collaboration avec Bank of America, Deloitte, EY, KPMG et PwC, le groupe a élaboré un ensemble de 21 mesures de base et 34 mesures complémentaires regroupant des informations non financières autour de 4 piliers : les personnes, la planète, la prospérité et les principes de gouvernance.

« Nous les avons élaborées à partir de l'architecture qui nous semblait la plus adaptée pour les entreprises [...], à savoir de vrais indicateurs pouvant réellement être calculés et mesurés dans le temps, et qui sont importants par définition », explique Brian Moynihan.

Reconnaissant que les questions sous-jacentes ne sont pas simples, Brian Moynihan a suggéré que les entreprises abordent les mesures de manière directe, quantifiable et concrète.

Selon lui, des organismes tels que l'U.S. Securities and Exchange Commission et l'International Financial Reporting Standards Foundation discutent déjà des mesures de durabilité. Pourtant, même si les régulateurs n'exigent pas encore la communication des mesures ESG (ce qui finira par arriver d'après Brian Moynihan), la pression est déjà forte au sein des entreprises.

« Les entreprises vont s'autoréglementer, même si le concept de l'ESG n'est pas intégré aux métriques fiscales. Les investisseurs essaient maintenant de justifier la conformité de leurs investissements avec les principes ESG, car c'est ce qu'attendent les personnes qui les financent. »

Le conseil de Brian Moynihan aux DAF sur l'ESG est clair : « Si vous dites que vous faites telle chose pour l'environnement sans la démontrer par des mesures compréhensibles et reconnues par tous, vous allez passer votre temps à dire : "Vous savez, ce n'est pas bon. Ce n'est pas quantifiable. C'est du greenwashing". » 

Distinguer « miroirs et fenêtres »

Interrogé sur son approche de la diversité, de l'équité et de l'inclusion en tant que priorité organisationnelle, Brian Moynihan a fait allusion au concept du « miroir », qui reflète les valeurs internes, et de la « fenêtre », qui offre un aperçu des expériences des autres. 

« D'abord, il s'agit pour le PDG d'avoir une représentation cohérente de A à Z. C'est ainsi que vous parviendrez à un salaire égal pour un travail égal. Cette information va sans doute devenir obligatoire pour tout le monde. »

Il ajoute que la taille, l'échelle et la capacité de rémunération des grandes entreprises en font des « entreprises d'opportunité » qui créent un effet d'entraînement économique. « Si nos revenus proviennent des entreprises, on crée une classe moyenne, une classe moyenne supérieure. [...] Ainsi, une diversité importante permet à la société tout entière d'évoluer. »

Se tournant vers l'extérieur, Brian Moynihan a décrit les efforts de Bank of America en matière de prêts aux petites entreprises, d'investissement dans les établissements dépositaires auprès des minorités et de soutien aux sociétés de fonds privés qui investissent dans des entreprises dirigées par des personnes noires, autochtones et de couleur (BIPOC), et par des femmes. 

Il ajoute que Bank of America a investi dans un grand nombre de ces entreprises. « Cela génère alors un capital entrepreneurial, à la fois pour les fonds privés sponsors et pour les entreprises. Tout commence par la façon dont vous dirigez votre entreprise, avant de passer à la façon dont vous opérez. »

Comment les entreprises relèvent les défis ESG

Toujours au cours de l'événement, Robert J. Jackson Jr., Director, Program on Corporate Law and Policy à la New York University School of Law, a déclaré que de nombreux chefs d'entreprise recherchaient une expertise extérieure sur les questions ESG, d'autant plus qu'elles prennent de l'importance pour les acteurs impliqués.

« Si vous êtes une entreprise de grande envergure, que vous opérez à l'échelle mondiale et que vous devez analyser votre chaîne d'approvisionnement et les problèmes de main-d'œuvre à l'autre bout du monde, vous pourriez très bien faire appel à un professionnel à plein temps pour gérer ces questions », a-t-il déclaré.

Emma Stewart, Sustainability Officer chez Netflix, a déclaré que l'entreprise surveillait des incidents tels que les défaillances des réseaux électriques locaux qui affectent directement les clients, ainsi que les risques technologiques, réglementaires et politiques, selon diverses mesures ESG et exigences de divulgation. « Nous quantifions également des facteurs comme le nombre de fois où des incendies de forêt ont affecté notre activité principale : la production de programmes de télévision et de films, a-t-elle ajouté. Malheureusement, ce nombre augmente chaque année et dans chaque région. »

C'est pourquoi Netflix fait du changement climatique « sa priorité ESG principale » et s'est fixé un objectif organisationnel de zéro émission nette d'ici l'année prochaine, ajoute Emma Stewart.

Claus Aagaard, CFO chez Mars Inc., remarque que 90 % de l'empreinte climatique de l'entreprise familiale « se situe à l'intérieur de nos usines ou de notre chaîne d'approvisionnement directe », faisant de l'environnement une priorité au cours des dernières années. 

Il confie que l'entreprise a récemment lancé une initiative avec PepsiCo et McCormick & Co. afin d'aider ses fournisseurs à adopter des pratiques durables après avoir discuté avec ses 200 principaux fournisseurs et constaté que « seuls 10 % d'entre eux ont des objectifs fondés sur la science, et que nous n'avons aucune chance d'atteindre nos engagements en matière de réductions importantes des émissions de type Scope 3, notre priorité, sans leur implication. »

En savoir plus sur les événements CFO Collaborative de Fortune, la vision stratégique de certains des plus grands dirigeants au monde, y compris d'anciens DAF devenus PDG, et l'évolution du poste de directeur financier. 


Rejoignez-nous le 28 octobre 2021 pour l'événement virtuel Fortune Emerging CFO afin de discuter de la planification de la volatilité et des meilleures pratiques permettant aux directeurs financiers d'atténuer les risques, y compris les préoccupations croissantes concernant l'inflation et la main-d'œuvre.

En lire plus