Etude internationale : le rôle du DRH dans l'accélération digitale

Notre rapport sur l'agilité organisationnelle et l'accélération digitale a montré que les entreprises leaders sont à même de mieux se positionner pour réussir, même face aux défis extraordinaires liés à la pandémie. Lorsque les compétences et la culture représentent des défis clés pour atteindre les objectifs de revenus digitaux, les DRH jouent un rôle essentiel.

Image placeholder

Notre rapport international « Agilité organisationnelle : roadmap de l'accélération digitale » a observé l'impact d'une transformation digitale rapide sur la culture d'entreprise et les bonnes pratiques en matière de recrutement. Avec l'avancée des technologies digitales, il est impératif que les DRH restent agiles et flexibles.

Nous avons élaboré notre rapport à partir d'un sondage réalisé auprès de 1 024 dirigeants d'entreprise et cadres supérieurs (équipe dirigeante et subordonnés directs), et de 15 entretiens qualitatifs. Les personnes interrogées étaient basées dans 14 pays et travaillaient dans 12 secteurs d'activités différents. La plupart étaient issues du secteur financier (18 %), de services aux entreprises (15 %) et du secteur des technologies (10 %).

« Nous avons découvert qu'un processus itératif basé sur la confiance constituait un mode de travail plus sain. »

Roelof Kistemaker Chapter Lead, People Rewards and Recognition, People Insights and Technology Roche

Ce sondage a mis au jour 4 découvertes clés sur l'augmentation des revenus du digital et de ce qui la favorise :

  • Les revenus du digital prédominent (et leur croissance s'accélère). Plus d'1/3 des entreprises (soit 3 fois plus qu'en 2019) prévoient désormais que 75 % ou plus de leurs revenus seront issus du digital dans les 3 ans à venir.

  • Les technologies intelligentes sont un moteur de croissance digitale. Les entreprises qui ont fait des progrès dans le déploiement de l'Intelligence Artificielle (IA), du Machine Learning (ML) ou encore de l'automatisation des processus robotisés (RPA) sont 2 fois plus susceptibles que les autres de voir leurs revenus digitaux progresser.

  • Il est plus facile de changer les outils que les mentalités et les habitudes. Alors que plus de la moitié des entreprises (56 %) déclarent que leur technologie est compatible avec leurs objectifs de transformation digitale, seulement 16 % en disent autant de leur culture d'entreprise. Les entreprises qui aident particulièrement les employés à adopter et à s'adapter à de nouvelles technologies sont susceptibles d'obtenir un ROI digital plus élevé.

  • L'agilité permet la résilience. Les entreprises les plus promptes à réagir à la pandémie sont celles qui ont intégré des compétences agiles, notamment en optimisant l'accessibilité des données et la collaboration transversale. 1/3 des dirigeants d'entreprise interrogés sur les changements qui renforceraient la résilience de leur organisation en cas de crise future citent l'accélération de la croissance digitale comme facteur décisif.

L'étude a révélé que les DRH voient la culture et le développement des compétences comme des facteurs clés de concrétisation de leur transformation digitale. Les responsables RH jouent un rôle crucial dans ce contexte. L'élimination de la bureaucratie est désormais une priorité pour un environnement professionnel plus agile. Les ensembles de compétences seront axés sur des technologies intelligentes, 1/3 des personnes interrogées déclarant les technologies intelligentes comme la compétence la plus souhaitable.

Pour les responsables RH, la communication est indispensable à l'agilité

Comme nous l'avons vu l'année dernière, une réponse rapide à une suite d'événements sans précédent peut faire ou défaire une entreprise. Les entreprises avec des flux de revenus digitaux importants ont fait face aux changements plus efficacement que leurs pairs.

Un des facteurs clés de la réussite organisationnelle à cette période est l'agilité structurelle. Les responsables de service ont des opinions différentes sur ce qui peut accroître cette agilité structurelle. Notre étude a montré que le service RH a plus tendance à citer un manque de communication claire lorsque des modifications structurelles (un changement de responsable ou la mise à jour de processus de gestion) sont évoquées. Résultat : les responsables RH sont plus susceptibles que les autres leaders interrogés de mettre en avant les compétences de communication (24 %) et l'empathie (15 %).

Roelof Kistemaker, Chapter Lead de People Rewards & Recognition et People Insights & Technology chez Roche, un client Workday, confirme : « Nous voulons éviter qu'un groupe de responsables décident d'un processus autour d'une table, puis annoncent le changement à l'entreprise. Nous préférons que des membres de l'équipe organisent un design sprint, en permettant aux collaborateurs directement en prise avec la tâche de concevoir ce à quoi l'entreprise doit ressembler. Cela peut être un peu inconfortable pour les employés, qui préfèrent avoir une réponse, mais nous avons découvert qu'un processus itératif basé sur la confiance est un mode de travail plus sain. »

En se concentrant sur les conversations transorganisationnelles, les DRH peuvent améliorer l'alignement interne sur les moyens à mettre en œuvre pour concrétiser la transformation digitale. En adoptant et en socialisant les outils de planification agile, ils peuvent accélérer et simplifier le changement organisationnel. 

Le nouvel ensemble de compétences en vogue

Les entreprises qui ont bénéficié de progrès significatifs en déployant l'Intelligence Artificielle, le Machine Learning et l'automatisation des processus robotisés (RPA) sont 2 fois plus susceptibles de tirer des revenus digitaux élevés par rapport à celles qui ont fait peu de progrès, voire aucun. La réalisation de ces résultats exige une workforce avec des connaissances dans les technologies intelligentes. 

Plus d'1/3 des participants ont classé l'aptitude à travailler avec l'Intelligence Artificielle, le Machine Learning et l'automatisation des processus robotisés (RPA) au 1er rang des compétences à privilégier pour les 5 années à venir. Ils estiment également qu'il s'agit de la compétence qui manque le plus aux collaborateurs. La formation des employés existants sur la façon d'utiliser au mieux cette technologie prépare l'entreprise à l'agilité tout en accélérant la croissance digitale.

Le DRH peut faire tomber la barrière des compétences en recrutant efficacement. Les RH représentent le seul service qui voit la difficulté du recrutement et de la fidélisation des collaborateurs comme un obstacle au développement des compétences plus important encore que l'incertitude mondiale induite par le COVID-19. 39 % des responsables RH, un pourcentage plus élevé que les autres leaders, ont déclaré que les difficultés liées au recrutement et à la fidélisation des collaborateurs sont l'obstacle principal à l'upskilling en vue de réaliser des revenus digitaux. Les DRH sont également plus susceptibles de mentionner comme obstacle le manque de compétences sur le marché (31 %). Leurs perspectives sont clairement influencées par des expériences différentes et plus difficiles avec les nouveaux collaborateurs que celles des responsables n'évoluant pas dans le secteur des RH.

Un meilleur alignement entre objectifs et résultats est nécessaire

Lorsqu'on leur demande s'il existe un haut niveau d'alignement culturel et structurel entre les PDG et l'entreprise dans son ensemble, seuls 69 % des responsables RH répondent par l'affirmative, contre 86 % des PDG. Ce décalage révèle un besoin de dialogue honnête entre les 2 fonctions. Les résultats peuvent être significatifs : les répondants à réaction rapide (ceux qui ont pu répondre plus rapidement aux demandes inattendues soulevées par la pandémie) ont mentionné un haut niveau d'alignement entre les PDG et l'entreprise, et une meilleure aptitude des employés à s'organiser dans des équipes collaboratives.

Plus inquiétant, seuls 16 % des dirigeants d'entreprise ont déclaré que leur culture organisationnelle est en phase avec leurs objectifs de transformation digitale. Cette absence de connexion entre engagement collaborateur et vision organisationnelle peut générer d'autres défis pour les entreprises en ces temps de changements rapides.

Les DRH offrent une perspective unique en matière d'alignement culturel interne. Parmi les PDG, 81 % pensent que les primes et les KPI sont en adéquation avec les résultats souhaités en matière de culture, alors que seuls 62 % des responsables RH partagent cette opinion. La création d'une culture de collaboration transversale permet d'aligner les équipes et les encourage à travailler plus vite, à plus grande échelle. Leur connaissance approfondie des besoins et des objectifs des collaborateurs peut aider à s'assurer que les métriques et les primes sont en phase avec les objectifs de croissance des revenus digitaux.

L'alignement de la culture et des objectifs digitaux favorise la réussite

Les collaborateurs d'une entreprise sont ses ressources les plus précieuses. Cela dit, la transformation digitale d'une entreprise, quelle qu'elle soit, ne peut pas réussir si les collaborateurs n'y adhèrent pas. 60 % des sociétés interrogées ont déclaré que leur entreprise a supprimé les obstacles d'ordre bureaucratique qui ralentissent la prise de décisions. C'est 7 % de plus qu'en 2019. Les entreprises réalisent que la bureaucratie traditionnelle empêche l'accès à une transformation digitale harmonieuse dans tous les services.

Une culture appropriée apporte agilité et résilience

En raison de la pandémie, 42 % des répondants à réaction rapide ont mentionné que les KPI étaient devenus inutiles (ce chiffre a atteint 52 % parmi les répondants à réaction lente). Les KPI jouent un rôle significatif dans l'optimisation des procédures de recrutement, de l'engagement des collaborateurs et des taux de turnover, ce qui rend l'actualisation des métriques essentielle pour la réussite dans ces domaines. Les DRH doivent se concentrer sur la définition de KPI en phase avec les résultats culturels pour accroître l'agilité organisationnelle et la résilience.

Plus généralement, l'accélération de la croissance digitale a été le changement le plus souvent cité par les participants comme nécessaire pour la résilience dans les crises futures. Ils ont également souligné le besoin d'un investissement accru dans le personnel et la technologie Cloud. Le DRH peut améliorer le ROI en s'assurant que les effectifs sont prêts pour une croissance plus rapide et l'acquisition de nouvelles compétences.

Les RH, facteur humain de la transformation digitale

Les DRH et les PDG ont tous désigné la culture comme un obstacle à l'agilité. Cependant, les leaders RH sont idéalement placés pour surmonter ces obstacles grâce à la culture d'entreprise, à des KPI qui s'alignent avec les résultats culturels et à une meilleure communication. A l'ère de l'accélération digitale rapide, les DRH peuvent accroître le pouvoir d'action des collaborateurs dans un monde qui change.

Lisez le reste du rapport ici pour en savoir plus sur la manière dont l'alignement culturel interne débouche sur l'accélération et la croissance dans un monde en constante évolution.

En lire plus